Powo Être rappelé
Publication 10 - 11 - 2022

Comment fixer votre taux journalier en tant que freelance ?

Publication 10 - 11 - 2022

Vous cherchez à décrocher vos premières missions maintenant que vous vous êtes lancé en tant qu’indépendant ? Avant de chercher de nouveaux clients, vous devez prendre le temps de définir l’étendue de vos services et de fixer leurs prix respectifs.

En tant que freelance, il est courant de facturer un taux journalier moyen (TJM). Il s’agit en fait de ce que vous espérez être payé pour une journée de travail. Mais il est parfois difficile de trouver un bon point de référence sur lequel baser un taux équitable.

De nombreux freelances baissent intentionnellement leurs prix par peur de faire fuir des clients potentiels, mais ils passent ainsi à côté d’excellentes opportunités professionnelles. Ne tombez pas dans ce piège. Il est normal de craindre de ne pas trouver de travail décent, mais en vous sous-évaluant, vous compromettez le succès et la viabilité à long terme de votre entreprise.

Alors, comment fixer vos tarifs en tant que freelance ? Quelles sont les lignes directrices pour facturer un prix équitable ? Et quelles sont les bonnes habitudes à cultiver pour justifier une augmentation de votre TJM ? Cet article vous donne tous les détails.

Les choses à régler avant d’établir votre TJM freelance.

Calculer le temps nécessaire à la gestion de votre entreprise

Il est rare, en tant que freelance, de consacrer 100% de son temps à l’aspect technique de votre ou vos missions.
Vous êtes le patron de votre entreprise, et cela signifie que vous devez réserver du temps pour effectuer le travail administratif et commercial de routine que votre entreprise exige.

Cela signifie que vous devez :

  • Vous occuper de votre facturation (établir des devis, des factures, des reçus de commande, etc…)
  • Gérer votre comptabilité ;
  • Remplir vos obligations administratives (déclaration de vos revenus professionnels, suivi de vos prélèvements de TVA, etc.)
  • Trouver et entretenir des pistes pour de nouveaux clients (répondre aux demandes, organiser une série d’appels avec des clients potentiels, s’informer sur le projet et prendre le temps d’apprécier les défis uniques des entreprises de vos clients, proposer une offre appropriée qui réponde aux besoins des clients, effectuer des tests éventuels, etc.)
  • Gérer votre communication (site web, mise à jour de votre portfolio, etc.).

Et ce n’est pas tout. De nombreux freelances travaillent en étroite collaboration avec la technologie. Ils doivent donc continuellement affiner et élargir leurs compétences pour rester à jour. Il s’agit de prouver que non seulement ils sont compétents dans leur travail, mais aussi que les services qu’ils proposent sont pertinents dans le contexte actuel.

Prévoyez des périodes de ralentissement

Il est normal que certains mois soient moins chargés que d’autres en tant que freelance. Certaines périodes peuvent apporter beaucoup de travail, d’autres moins.

Vous pouvez même décider qu’il est temps de prendre des vacances pour remettre les pendules à l’heure. Mais contrairement à un travailleur salarié, vous ne bénéficiez pas de congés payés. Si vous ne travaillez pas… vous n’êtes pas payé.

Ces baisses d’activité sont tout à fait normales en tant que freelance. C’est pourquoi vous devez compenser ces pertes en tenant compte de ces « ralentissements » dans votre TJM.

Estimez vos coûts professionnels et personnels

Les coûts professionnels du freelance :

Il est très important de se rappeler que les revenus de votre entreprise ne sont pas votre salaire ou votre rémunération. Ce n’est pas parce que vous avez un TJM de 400 € que ces 400 € vont directement dans votre poche. Pour calculer votre salaire net réel, vous devez déduire les coûts professionnels des revenus de votre entreprise.

Parmi les coûts les plus courants liés au travail en freelance, on trouve :

Les charges sociales ;

Le paiement des impôts (impôt sur le revenu, TVA, CFE, etc.) ;

Votre assurance maladie complémentaire, ou « mutuelle » (qui est à 100% à votre charge, contrairement aux salariés) ;

Votre assurance professionnelle (en France, par exemple, assurance responsabilité civile professionnelle, assurance multirisque…)

Les frais professionnels directement liés à votre métier (matériel informatique, abonnements à des logiciels ou autres outils, adhésion à un coworking, frais de formation, frais de compte professionnel…).

Bon à savoir : le montant des charges sociales varie en fonction de votre statut juridique. Un élément à prendre en compte lorsque vous choisissez votre statut de freelance.

Vous avez bien compris : la différence entre les revenus de votre entreprise et votre salaire net peut varier considérablement. C’est à vous de comparer les chiffres et de fixer le juste prix de votre travail pour savoir exactement combien vous rapportez.

Les coûts personnels du freelance :

Avant de fixer vos tarifs, prenez le temps d’identifier les coûts identifiés précédemment. De combien avez-vous besoin ? Quel est votre budget ? N’oubliez pas les dépenses régulières comme le loyer, les factures, la nourriture, les cartes de crédit ou les prêts, les activités sociales, etc.

Le calcul de tous ces coûts vous permettra de déterminer de façon réaliste votre salaire minimum (c’est-à-dire le montant dont vous avez besoin pour vivre confortablement). Il est essentiel d’avoir en tête une image claire du budget dont vous avez besoin, surtout lorsque vous débutez, afin d’éviter les mauvaises surprises à la fin du mois.

Comment fixer votre taux journalier moyen (TJM) en tant que freelance ?

Il y a trois grands critères à prendre en compte pour calculer votre TJM : vos compétences, le marché et la complexité du travail.

Soyez clair sur vos compétences.

Avant de vous lancer et de commencer à décrocher vos premiers emplois, il est important que vous fassiez le point sur vos compétences. Que vous soyez un designer, un ingénieur, un développeur web, un consultant ou un chef de projet indépendant, vous devez vous poser certaines questions clés, telles que :

  • Quelle formation avez-vous suivie ?
  • Quel est votre niveau d’expérience ? Avez-vous déjà travaillé sur des projets freelances dans ce domaine ?
  • Si vous venez de vous lancer en tant que freelance, avez-vous déjà effectué ce type de travail en tant que salarié ?
  • Quel est votre portefeuille de clients ?
  • Avez-vous un domaine d’expertise particulier ? Si oui, dans quel domaine ? Quels sont vos points forts par rapport à un autre freelance dans le même domaine ?

Cela vous permettra de mieux appréhender l’étendue de vos capacités et de vos faiblesses. De manière générale, cela vous aidera également à mieux vous positionner en termes de prix (sans compter que vous aurez une liste prête à justifier vos tarifs auprès de clients potentiels).

Observez le marché

Il est utile d’avoir un point de comparaison pour fixer vos tarifs en tant que freelance. C’est pourquoi il est important de garder un œil sur le marché du travail dans votre domaine. Vous pouvez examiner les tarifs pratiqués par d’autres freelances dans votre secteur (ingénieurs, consultants, illustrateurs, rédacteurs, développeurs web…) qui ont un profil ou un niveau d’expérience similaire.

Vous pouvez commencer votre étude de marché en examinant les plateformes d’offres d’emploi en freelance comme Malt, où les tarifs journaliers et les niveaux d’expérience sont publiquement affichés ou en contactant des sociétés spécialisées dans le freelancing comme Powo. Ce qui nous amène à un autre point connexe : évitez de vous référer aux sites web les moins réputés, car ils mettent souvent en avant des candidats étrangers dont les tarifs sont bien inférieurs à la moyenne locale pour attirer les demandes.

N’hésitez pas à vous mettre en réseau avec d’autres freelances de votre secteur pour vous faire une idée du climat de l’emploi. D’une manière générale, le monde des freelances est plutôt coopératif et la plupart des gens sont heureux de discuter des particularités de leur travail. Vous pouvez également contacter des freelances plus expérimentés pour vous inspirer et mieux comprendre comment ils ont ajusté leurs tarifs au fil du temps.

Vous n’avez pas (encore) d’expérience ? C’est tout à fait normal : il faut bien commencer quelque part. Vous pouvez commencer par un tarif légèrement inférieur pour vous aiguiser les dents sur vos premiers projets. Et – bonus – vous disposerez ainsi d’un excellent matériel pour votre portfolio. Très vite, vous augmenterez vos tarifs.

Tenez compte de la complexité de la mission et de sa durée :

Vos tarifs doivent également tenir compte de la complexité de la mission proposée ainsi que de la durée de la mission. Certains contrats ont des exigences et des défis très particuliers et votre TJM sur une mission de 12 mois sera vraisemblablement inférieur à votre TJM pour une mission de 15 jours. 

Prenons l’exemple d’un graphiste chargé de revoir l’identité visuelle d’une entreprise.

Ce projet va demander beaucoup de travail. Il ne s’agit pas seulement de concevoir un ou deux logos, mais de restructurer complètement une marque. Cela pourrait très bien signifier une série d’allers-retours, ainsi que des demandes de retouches. Il peut y avoir des urgences de dernière minute ou des délais serrés, ce qui peut obliger le graphiste à être disponible pour des consultations (voire à travailler de nuit, etc.).

Il va sans dire que ces exigences potentielles doivent être prises en compte dans le prix.

N’ayez pas peur de commencer à définir l’étendue d’un projet dès le premier échange avec un prospect. Posez toutes les questions pertinentes qui, selon vous, vous permettront de vous représenter exactement ce que l’on peut attendre de vous. Ainsi, lorsque vous signerez le contrat, vous saurez ce que votre client attend de vous et vous aurez fixé vos prix en conséquence.

Bonnes habitudes pour augmenter votre taux journalier (TJM) en tant que freelance

En tant que freelance, vos tarifs ne restent pas fixes. Ils évoluent avec vous au fur et à mesure que vous gagnez en expérience.

Voici quelques bonnes habitudes qui vous aideront à augmenter vos tarifs.

Bonne habitude n° 1 : développez vos compétences et devenez un expert :

Les freelances doivent constamment affiner leurs compétences pour rester pertinents et proposer les meilleurs services possibles à leurs clients.

En poussant ce concept un peu plus loin, vous devez vous différencier des autres freelances en devenant un expert de niche dans votre domaine. En développant vos compétences dans un secteur très spécifique, vous vous donnez les moyens de gagner facilement la confiance de vos clients potentiels.

Et plus votre compétence est rare, plus elle a de la valeur sur le marché – ce qui justifie d’autant plus un tarif plus élevé. Sachez que certains freelances ont plusieurs flèches dans leur carquois. Le fait d’avoir plusieurs compétences commercialisables ne fait que rendre votre profil encore plus intéressant pour les clients potentiels, certaines entreprises donnant même la priorité à l’embauche de freelances « polyvalents ».

Bonne habitude n° 2 : bâtissez votre réputation en tant que freelance :

Il est essentiel de développer votre réputation et votre audience en tant que freelance. Ce faisant, vous gagnez en crédibilité et augmentez votre visibilité auprès des entreprises de votre secteur.

Mais comment construire votre réputation en tant que freelance ?

Un moyen efficace de bâtir votre réputation et d’établir votre crédibilité consiste à créer du contenu pertinent pour votre secteur.

Vous pouvez facilement partager votre contenu sur le web via :

  • Des articles de blog ;
  • Des messages sur les médias sociaux
  • Vidéos ;
  • Podcasts, etc.

Toutes les plateformes sont possibles. Ce qui est important, c’est que votre contenu doit apporter de la valeur à votre public cible. Cela permet d’asseoir votre crédibilité et votre expertise dans votre domaine.

Partager

LinkedInFacebookEmailCopy Link

Partager

LinkedInFacebookEmailCopy Link

Lire aussi

6 décembre 2022

Focus sur un Poworker : épisode 3

Bonjour à tous, c’est avec grand plaisir qu’on vous annonce que l’épisode 3 de « Focus sur un Poworker » est disponible ! Nous avons reçu Mathieu.C freelance informatique pour un échange super intéressant et plein de pugnacité ! Un épisode que tous les futurs freelances développeurs devraient écouter tant Mathieu fait preuve de maîtrise et de bon conseil sur le sujet.

8 novembre 2022

Qu'est-ce que le freelancing ? Notions de base et emplois populaires

Qu'est-ce que le freelancing, et comment et pourquoi quelqu'un devrait-il envisager de devenir un freelance ? Cet article définit ce qu'est le freelancing, présente ses avantages et ses inconvénients, expliques-en quoi il diffère du travail à temps plein et décrit les types de travail en freelance disponibles.